Cent-vingts ils sont, assemblés

Sous la porte rompue.

Le bouclier de l’enclos

Gît brisé sur la terre.

Entrent les Sviars au fer brun.

 

Vois ! Les Thuringiens aux bras forts,

Et les Hördar audacieux

Des navires descendus,

Derrière la lance funeste,

Le serpent des batailles.

 

Tous ils se tiennent serrés

À se toucher les coudes,

À se mêler l’haleine,

À se mâcher le souffle,

Les uns les autres.

 

Vois ! Sigdis va devant eux,

La Fille à la Lance invaincue,

Le vert rejeton de l’if.

Elle a pour se garder de l’épieu

La voile peinte d’Hildr.

.

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s