Dans des ruines proches du Jourdain

— Tu avais l’air triste, tout à l’heure, quand nous avons trouvé les restes du Véloce.

Eoin s’est arrêté d’écrire. Keren peut le sentir la regarder. Elle épaule son fusil et fouille la rue à la lunette thermique. Elle hésite à répondre.

— Les chiens me rendent triste. Souvent.
— Ça n’était pas un chien, tu le sais.
— Ça a peut-être cru l’être.
— Admettons que ce tueur ait été un clebs comme un autre. Pourquoi cet air navré ?
— Tu regardes les yeux d’un chien et tu y lis une interrogation : fuir ou aimer ?
— Tu crois vraiment que tous les chiens sont ainsi ? Angoissés par ce qui se joue en nous ?
— Oui. Je le sais.
— Il faut en avoir connu beaucoup, non ?
— Parfois, un seul suffit.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s