Il faudrait pour grandir oublier la frontière

Il faudrait pour grandir oublier la frontière est une novella parue en 2015 dans la collection 111 des éditions Scylla.

>>> La couverture est signée Laurent Rivelaygue, qui ne fait pas que ça.

>>> La maquette est l’œuvre de Laure Afchain, qui fait d’autres trucs très chouettes.

>>> Le texte a bénéficié de l’œil de faucon de Pascale Doré, correctrice et relectrice extraordinaire (chance aux jeux, retour de l’être aimé, répare les moteurs russes…)

Les premières pages sont disponibles pour pas un rond en .pdf >>> ici

« Que sa fureur est belle, comme elle agite l’air tout autour, songea Bassem. L’envie le tenailla et lui rendit un peu les années perdues au désert, et ces nuits qu’il n’avait pas passées à guetter l’ennemi, et les marches sans bruits, à rase-murs, la ceinture lourde de grenades, le dos courbé par le souffle épaissi de peur de celui qui venait derrière. »

Destinées critiques >>>

 

Acheter la version en papier d’arbre >>> ici

Acheter la version numérique >>> ici

Acheter la version reliée (par les mains d’argent de Benjamin Berceaux, relieur pour de vrai) >>> ici et ici

2 réflexions sur “Il faudrait pour grandir oublier la frontière

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s